Accueil > Athènes

Athènes, une ville à vivre autant qu’à visiter

Berceau de la civilisation occidentale, l’histoire Athènes remonte à 2500 ans et si les récentes difficultés économiques de la Grèce et les mesures d’austérité imposées ont eu un impact extrêmement négatif sur les grecs, la capitale grecque reste un incontournable pour les amateurs de culture mais aussi pour ceux qui veulent sentir le coeur battant de la Grèce moderne. Ancienne et moderne, nonchalante et pleine de vie, bétonnée et parsemée d’oasis, ultra-chic et destroy, Athènes est une ville de contraste qui mérite bien plus qu’une virée sur la mythique colline de l’Acropole. Trop souvent simple lieu de passage entre l’aéroport international et Le Pirée, d’où partent la plupart des ferries pour les îles et leur promesse de farniente, Athènes est une ville qui se métamorphose en permanence et qu’il faut prendre le temps de découvrir.

Si le tourisme en transit ne retiendra souvent de son passage dans la ville qu’un paysage monotone d’immeubles des années 70 ou au mieux, le charme un peu kitsch du quartier de Monastiraki, Il faut prendre le temps de comprendre la villa qui recèle un patrimoine archéologique unique, des musées passionnants mais aussi pour celui qui prend le temps des quartiers animés et attachants, des restaurants et des bars à foison, des parcs pour sortir du tumulte de la ville et bien sûr la mer. Athènes est une villes à vivre, tout autant qu’à visiter.

Un aperçu des différents quartiers d’Athènes

Le grand Athènes qui va jusqu’au Pirée est une vaste ville de 3 millions d’habitants (sur une population grecque de 11 millions). En quelques jours, vous n’aurez évidement pas le temps de la découvrir entièrement mais vous pourrez en saisir plusieurs facettes.
Le centre historique d’Athènes est assez compact, idéal pour les promenades et vous pourrez le découvrir à pied. Ce sont, autour de l’Acropole, les quartiers de Plaka, Thissio et bien sûr Monastiraki. Des quartiers très touristiques mais qui réservent à celui qui sait chercher des oasis de calme et de fraicheur à l’abri de la foule.
Vers le marché central et Omonia, c’est Psiri, ancien quartier d’artisans investit par les bars et les clubs au moment des jeux olympiques. Puis c’est Omonia, un peu difficile. Jouxtant Omonia, Exharchia, le quartier anarchiste et contestataire, est un mode à part avec ses squat autogérés mais aussi ses tavernes, des cafés…
En remontant de Monastikari vers le parlement par la rue Ermou ce sont les quartiers de Syntagma puis de Kolonaki et Lycabeth, quartiers plus bourgeois et résidentiels avec leurs maisons néo-classiques, leurs boutiques chics au pied du mont Lycabeth.
La banlieue d’Athènes fait également partie de la capitale pour les Athéniens et ses quartiers sont unis une même continuité urbaine. Kifissia, la banlieue chic au Nord d’Athènes, où la crise ne semble pas avoir de prise, avec ses maisons de maîtres, ses jardins mais aussi ses restaurants et ses magasins luxueux. Au sud, vers la mer c’est le Pirée bien sur, grand port millénaire qui a donné naissance au rebetiko au début du 20ième siècle, et où l’on vient pour embarquer vers les îles ou pour un tour le soir dans l’une des tavernes de Microlimano, «le petit port», face aux bateaux de pêcheurs dans cette marina bâtie en amphithéâtre.

Les monuments incontournables à Athènes

S’il n’y en avait qu’un ce serait bien sûr le Parthénon. Alors il faut affronter la foule de touristes qui visitent l’Acropole en été (3 millions chaque année) mais c’est un must même pour ceux qui n’aiment pas « les vieilles pierres ». Ce temple de marbre qui domine le rocher sacré de l’Acropole. Nous ne pouvons que vous conseiller d’y aller le matin, avant qu’il ne fasse trop chaud et pour éviter la foule.
Jouxtant le Parthénon, l’Érechthéion est est un ancien temple grec situé sur la terre la plus sacrée d’Athènes, là où un olivier a poussé au contact d’Athéna lors de la bataille avec Poseidon pour la possession de la ville.
Faisant face à l’Acropole, la colline de Filopappou ou des Muses est l’un des endroits les plus agréables d’Athènes pour une ballade. Au sommet de la colline un monument en l’honneur du sénateur romain Philopappos, bienfaiteur de la cité d’Athènes, mais surtout un panorama exceptionnel sur Athènes [vue 360°] jusque la mer et l’endroit idéal pour faire les plus beaux clichés de l’Acropole [vue 360°]. En redescendant, passez par la prison de Socrate, une cavité creusée dans la roche ou Socrate est censé avoir été emprisonné avant de s’empoisonner avec en buvant la ciguë. Arrivée sur l’allée centrale pavée de marbre blanc, et la petite église d’Agios Demetrios Loumpardiaris, remontez sur la colline de la Pnyx, l’endroit où l’on se tient serrés qui surplombe l’Agora. C’est un lieu unique, magique même [vue 360°] ou s’exerçait la démocratie à l’époque antique. Ici se réunissait l’assemblée du peuple, l’Ecclésia, pour prendre démocratiquement les grandes décisions: voter le budget, désigner les membres de la Boulè (le conseil), élire les magistrats. En continuant encore vers le nord, vous atteignez l’Observatoire national d’Athènes qui se visite en soirée permettant d’observer au téléscope si le temps le permet la voute céleste (infos et horaires).

Pollution, un cliché sur Athènes qui a la vie dure

Circulation alternée, tramway, fermeture d’usines utilisant du charbon, Athènes a fait beaucoup d’efforts et la ville présente désormais un taux de pollution équivalent voir inférieur à celui de capitales européennes comme Amsterdam, Rome ou même Paris (référence: étude basée sur les stats 2017 de l’OMS). Reste que l’été avec la chaleur, la ville reste parfois étouffante si le vent ne souffle pas. Prenez alors le temps de faire un tour dans l’un des parcs de la ville.

Il faut aussi visiter le stade antique panathénaïque ou Kallimarmaro [vue 360°] construit à l’époque classique (4ieme siècle avant JC) pour accueillir les grandes Panathénées, les fêtes religieuses et sociales de la cité d’Athènes. Reconstruit pour accueillir les premiers Jeux Olympiques modernes en 1896, ce stade mythique situé derrière le jardin national entre les collines Agra et Arditos qui sont d’ailleurs utilisées pour les gradins,  fait 200 mètres de long. Sa piste, aujourd’hui en argile, est très allongée et les virages serrés typiques des stades antiques, ne respectent aujourd’hui plus les standards imposés pour les stades d’athlétisme mais il accueille encore aujourd’hui des compétitions ou des concerts.  Ce lieu de célébration de l’athlétisme dans l’Antiquité est un passage obligé lors d’un séjour à Athènes et une bonne idée si vous avez des enfants.
Enfin s’il est un passage obligé à Athènes, il faut passer place place Syntagma, la place du parlement et l’un des symboles de l’Athènes moderne [vue 360°], pour admirer les irrésistibles evzones, avec leurs jupes aux 400 plis symbolisant les 400 années d’occupation ottomane. C’est l’un des emblèmes de la capitale et on vient idéallement pour la relève de la garde qui a lieu chaque heure.

Organiser son voyage

Les transports à Athènes

Quels musées et lieux culturels visiter à Athènes ?

Généralement considérée comme le berceau de la civilisation occidentale Athènes offre aux visiteurs de nombreux musées qui permettent se plonger dans l’histoire de la Grèce et de la civilisation européenne. Passionnés d’archéologie, d’histoire classique ou d’icônes byzantines seront comblés, mais Athènes est une ville résolument moderne. Documenta 14 en 2017 en a peut être été le révélateur mais Athènes, que certains annoncent comme le nouveau Berlin, avec ses loyers modestes (quoi qu’en rapide augmentation) attirent de jeunes artistes grecs et étrangers et la scène artistique contemporaine s’y développe rapidement. Nous présentons ici les quatre musées ou fondations qui nous paraissent les plus interessants pour une première visite à Athènes mais la ville a bien plus à offrir si vous restez plus longtemps.

Le (nouveau) Musée de l’Acropole (site) bien sur est un incontournable. Situé à seulement 300 mètres de l’Acropole, c’est un musée moderne pensé et conçu de manière à aider le visiteur à mieux comprendre l’art et la culture de l’Athènes classique. Du rez-de-chaussée qui laisse voir sous un sol en verre une partie des vestiges de la ville antique sur lesquels il est bâtit jusqu’au dernier étage entièrement vitré et orienté face au Parthénon qu’il permet de contempler, c’est un magnifique voyage dans la Grèce antique auquel il ne manque que les originaux de certaines sculpture (Bring them Back).
Le Musée national archéologique (site) est également un incontournable même si vous n’êtes pas passionnés d’archéologie. Un musée qui présente au travers d’une immense collection les différentes cultures et civilisations grecques depuis l’époque préhistorique. Sculptures, céramiques, bronzes, vases mais aussi des armures et des armes des plus grandes batailles de l’Antiquité c’est un musée qui se visite également avec des enfants.
Le Musée Benaki (site), institution privée qui présente dans son bâtiment principal une exceptionnelle collection couvrant 5000 ans d’histoire grecque de l’antiquité jusque la révolution grecque avec des costumes, des bijoux, des intérieurs de maisons, des pièces byzantines et de magnifiques exemples d’art populaire grec. Faites une pause au musée pour prendre un verre sur la terrasse du toit qui donne sur le bâtiment des evzones de la Garde présidentielle.
En 2016, le Musée National d’Art Contemporain EMST (site) à ouvert ses portes dans une ancienne brasserie FIX fondée par des Bavarois installés en Grèce au XIXe siècle. Le Musée soutenu par la fondation Stavros Niarchos construit sa collection permanente mais organise tout au long de l’année des expositions thématiques temporaires et des événements toujours de qualité. Assurez-vous alors de vérifier ce qui se passe!

On aurait pu citer également le Musée Byzantin ou encore le petit mais inestimable musée de l’Art cycladique de la Fondation Goulandris.
Dans le quartier de Metaxourgio, ancien quartier ouvrier central mais aujourd’hui un peu délabré se trouve la Pinacothèque d’Athènes installée en 2010 dans une ancienne fabrique de soie, qui offre à travers près de 3000 œuvres un vaste panorama de la scène artistique grecque du XXe siècle. Au nord de la ville dans neo ioanina, La fondation DESTE pour l’art contemporain (qui a une annexe sur l’île d’Hydra) présente l’hyper-contemporain collection de Dakis Joannou et des expositions temporaires. Il faut citer également la fondation Onassis, une centre culturel comprenant un opéra-théâtre, un auditorium, un amphithéâtre en plein air et une salle d’exposition qui accueillent des concerts, du théâtre, de la danse, des expositions temporaires et permanentes. Enfin, en bord de mer, proche du Pirée, la Fondation Niarchos (SNF) inauguré en 2017 un étonnant espace conçu par Renzo Piano, comprenant un gigantesque opéra et une bibliothèque nationale moderniste, le tout dans un immense bâtiment aérien entouré d’un vaste jardin paysager.

Nos guides pour visiter Athènes en un, deux ou cinq jours

Un bon plan est souvent meilleur que de longs discours aussi nous avons préparé trois circuits avec nos recommandations pour découvrir Athènes. Trois guides gratuits et téléchargeables qui mixent incontournables monuments ou musées avec des lieux plus confidentiels ou personnels. Des parcours que nous avons pensé pour vous réserver des plages de calme et de repos entre deux visites et des itinéraires qui vous épargnent trop de marche mais libre à vous de piocher dans chacun des guides pour concocter votre parcours personnel. N’hésitez pas à nous dire ce qui vous a plu ou ce qui devrait être ajouté ou corrigé.
Nous restons bien sûr disponibles si vous avez besoin de conseils plus personnels. Athènes est une ville que nous adorons et nous serons toujours heureux de pouvoir vous aider ou en discuter avec vous!

Athènes en une journée
Athènes en 2 jours.
Athènes en 5 jours

Ce sont les endroits que nous aimons à Athènes

Le Lycabette

C’est l’endoit pour comprendre Athènes, le lycabette ou Lykavittos est le point le plus élevé de la ville d’Athènes culminant à 277 mètres. En haut, la petite chapelle d’Agios Georgios (offices le dimanche matin), une cafeteria, un restaurant et surtout un panorama unique sur la ville – et notament l’Acropole – jusqu’au Pirée [vue 360°] et même le golfe Saronique si la météo est bonne.
On peut bien sûr y monter en funiculaire (souterrain, départ au croisement de la rue de Plutarque et la rue Aristippou) voir même en taxi mais on préfère y monter à pied par les petits sentiers qui partent de l’hôtel St Georges puis les marches qui permettent de gagner le sommet en 20 minutes. L’endroit est particulièrement beau (mais couru) le soir alors que l’endroit offre un magnifique coucher de soleil.
Au retour, prenez le temps de flâner un peu dans les rues de ce quartier qui est l’un des plus agréable d’Athènes. Juste au dessous de l’Hotel St Georges, dans le passage qui rejoint la place Dexiameni (et son cinema en plein air), on trouve l’un de nos cafés préférés pour prendre un verre en fin de journée. On regarde les passants, on mange quelques anchois, des olives ou une fava… c’est Athènes.

Le quartier d’Anafiotika

Au pied de l’Acropole mais loin de la cohue de Monastiraki et Plaka, se cache Anafiotika. Un dédale de ruelles tortueuses et d’excaliers, de petites maisons blanchies à la chaux, des bougainvilliers et des jasmins, on se croirait sur une île oubliée des Cyclades. Ce n’est pas un hasard, ce quartier tiens son nom de l’île d’Anafi dont des habitants sont venus au 19ème patrticiper à la reconstruction de la ville après la guerre d’indépendance. Ils se sont installés ici et au cœur de la capitale grecque, ont construit un village typiquement cycladique.
L’endroit n’est plus secret mais on aime flâner dans ses petites rues ombragées et prendre un verre [vue 360°]. Si on est courageux, on monte jusqu’en haut des escaliers jusqu’au grilles de l’Acropole pour un superbe panorama sur Athènes [vue 360°]

Le Marché central d’Athènes

Alors que Paris a converti son marché historiques en centre commercial, le pittoresque marché central d’Athènes est resté dans son jus. C’est un incroyable marché qui présente tout ce que la Méditerranée offre comme poissons et crustacés dans son hall central et des viandes sous toutes les formes dans des grandes arcades aux sols glissants qui l’entourent [vue 360°]. Couleurs, vacarme, va-et-vient incessants, c’est un spectacle en soi, mais c’est aussi un bon endroit pour acheter des épices, du fromage et de l’huile d’olive aux abords du marché ou dans les rues qui l’entourent. Quatre bons restaurants sans fioritures installés sous les arcades proposent une cuisine traditionnelle dans une ambiance on ne peut plus authentique. (Athinas 42, du lundi au samedi de 8h00 à 18h00)

Le jardin national d’Athènes

En plein centre ville d’Athènes, juste derrière le parlement se trouve le jardin national (ou jardin Amalia, du nom de la reine Amalia d’Oldenburg, qui le fit créer en 1836). C’est le plus grand parc du centre-ville et un oasis de fraicheur et de verdure qui permet de faire une pause et se ressources l’été entre deux visites. Le parc, avec ses allées bien entretenues, ses statues académiques et ses escaliers majestueux, est emblématique des jardins publics néoclassiques. On aime se perdre dans ses petites allées qui sillonnent entre de magnifiques arbres, des plantes grimpantes, des petites fontaines [vue 360°] mais aussi un petit zoo (chèvres, canards…), un étang, un jardin botanique. C’est un endroit indispensable à visiter si vous avez des enfants. Et sans enfants!

Le quartier d’Exharchia

Derrière le musée archéologique en remontant vers Kolonaki, Exharchia est l’un des quartiers les plus interessants d’Athènes. C’est là qu’en 1973, les étudiants de l’université Polytechnique s’étaient soulevés contre la dictature des colonels. C’est resté un quartier anarchiste et contestataire aux murs tagués qui racontent la crise mais vous pouvez y aller sans craintes. Parsemé de maisons d’édition, de librairies d’avant-garde, de galeries d’art, de petits cafés, de bars et de restaurants fréquentés surtout par des jeunes, Exarchia conserve une atmosphère bohème et l’on a plaisir le soir à venir boire un verre ou diner dans l’une de ses tavernes crétoise comme Oxo nou ou Ama Lachei dans la rue Kalidromiou (marché le samedi matin). Enfin, près de la place centrale d’Exharchia, le cinéma en plein air VOX propose principalement des films d’art et d’essai sous-titrés.

La mer et les plages proches d’Athènes

Athènes à des atouts irremplaçables qui l’aide certainement à survivre: un climat béni des Dieux et la mer à portée de tramway. On part de soir de la place Syntagma pour gagner les plages des quartiers balnéaires chics de Glyfada ou même de Vouliagmeni avec ses criques [vue 360°] et son immense plage bordée de cafés et d’historiques tavernes avec vue sur le large [vue 360°]. A l’arrière de la plus fameuse, la taverne Labros, se cache un véritable petit trésor niché au pied d’une falaise. Le lac de Vouliagmeni [vue 360°] alimenté par la mer ainsi que par une source d’eau thermale offre une eau dont la température est constante (22 à 29 degrés) et qui serait réputée pour ses vertus thérapeutiques (entrée payante raisonnable).
Vous avez la journée? Sur le chemin des plages, arrêtez vous au centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos, le superbe centre culturel signé Renzo Piano. Trois espaces : l’Opéra national, la Bibliothèque nationale et surtout l’immense parc de 170 hectares à la végétation méditerranéenne. Prenez le temps de vous promenez et de monter sur le « phare », le toit de l’Opéra, point le plus élevé qui offre une vue sans limite [vue 360°] sur la mer, le port et la ville.

Pickpockets et problème de sécurité, Athènes est elle une ville dangereuse ?

Avec les problèmes économique que la pays a traversé, c’est une question que l’on se pose naturellement. Comme toute grande ville touristique Athènes a ses pickpockets, mais si vous faites preuve de bon sens et d’un peu de prudence, vous ne devriez pas avoir de problèmes. Les voleurs à la tire exercent surtout dans les zones touristiques notamment autour de Monastiraki, de Plaka et de la place Syntagma ainsi qu’autour des principaux monuments historiques, Parthénon en tête. Il sévissent également dans les transports en commun, plus particulièrement dans le métro en provenance et à destination de l’aéroport d’Athènes où les vols de passeports, de portefeuilles et de sacs à main sont fréquent. Ceci dit, les vols peuvent se produire n’importe ou: au café, dans une taverne, quand vous prenez des photos et bien sur auprès des ATM les distributeurs de billets… aussi pas de psychose mais un peu de vigilance surtout si vous êtes chargés. Soyez particulièrement attentif lorsqu’il y a beaucoup de monde (à l’entrée du métro, quand il est rempli…) ou quand vous êtes abordés par quelqu’un qui se propose de vous aider sans que vous l’ayez sollicité. En tout état de cause, si vous visitez Athènes, laisser ce qui n’est pas indispensable dans votre chambre et ne portez que ce que vous êtes prêt à perdre.
Matt Barrett, auteur d’Athensguide, recommande quand à lui d’avoir un portefeuille banane caché (exemple sur Amazon) et surtout d’utiliser un porte-monnaie bourré de faux billets et de fausses cartes de crédit qui sera en évidence.

Athènes reste une ville très sûre mais avec la crise économique et l’afflux de migrants malheureusement souvent sans ressources, certains quartiers sont déconseillés si vous voulez éviter tout risque. Ne vous fiez pas au tags qui recouvrent les murs de certains quartiers Exharchia par exemple est un quartier sûr. Nous vous conseillons de ne pas vous promener la nuit venue dans le triangle entre Omonia et le marché central (derrière l’hôtel de ville), dans le quartiers de Metaxourgio ainsi qu’autour des deux gares ferroviaires de Larrissa et Peloponissos.
Pour finir et pour vous rassurer après tous ces conseils, dans les classement Athènes est listée comme moins dangereuse que des villes comme Paris, Rome ou Londres (classement 2018).

Si vous avez des problèmes à Athènes, vous devez contacter la police touristique au 171 ou au +30 210 9200 726.
Une agence de la police touristique assiste les victimes et fournit des rapports de police et des certificats pour vol d’objets personnels et perte de voyage documents. Le bureau est situé au 4 rue Dragatsaniou, place Klafthmonos dans le centre d’Athènes (métro Panepistimiou) et est ouvert de 7h30 à 10h00 tout au long de l’année.
Si vous vous êtes fait dérobé votre pièce d’identité, vous devrez passer à l’Ambassade de France qui saura vous aider et vous délivrer une pièce d’identité provisoire. Vous trouverez conseils et numéros de téléphone sur cette page.

Restons en contact

Inscrivez vous pour recevoir une fois par mois maximum, un petit email avec nos dernières découvertes et nos bons plans sur la Grèce.

Merci pour votre inscription

Petit problème. Réessayez.