Accueil > Les îles saroniques > Hydra

Hydra, la plus arty et atmosphérique des îles saroniques

A une heure et demie d’Athènes en bateau, Hydra est unique parmi les iles grecques. Ici aucune voiture ni même de vélo ne viennent perturber la tranquillité des visiteurs et il règne une ambiance de mollesse estivale, de simplicité et de décadence décontractée qui enveloppe l’ile comme dans une bulle. En arrivant en bateau, on découvre le magnifique port protégé par des bastions et entouré d’un amphithéâtre de maisons fortifiées ou blanches qui partent à l’assaut des hauteurs escarpées de l’ile. Cela n’a pas échappé à de nombreux artistes et une flopée de mécènes très actifs qui contribuent depuis à l’atmosphère chic, cosmopolite et un peu bohème qui règne ici.

Le meilleur d’Hydra

Sur cette ile sans eau et infertile longtemps abandonnée, le salut de ses habitants vient ici aussi de la mer. Devenus au 17ieme siècle des pirates et marins conquérants, ils ont légué d’imposantes maisons d’armateurs qui surplombent un bijou de petit port autour duquel toute la vie de l’ile s’organise. Mais il faut également prendre le temps de parcourir ses sentiers de randonnées pour découvrir l’intérieur escarpé d’Hydra, ses 300 chapelles et monastères, ses forêts de pins et ses spectaculaires points de vues sur une mer d’un bleu profond.

La ville et le port d’Hydra

Toute la vie d’Hydra se concentre sur le port avec ses rangées de maisons aux murs blancs et au toit de tuiles rouges en amphithéâtre, une ribambelle de cafés qui s’alignent sur le quai, des caravanes d’ânes qui attendent patiemment leurs chargements. La principale activité est ici est de flâner et de se laisser prendre par l’indescriptible atmosphère du lieu surtout le matin ou le soir lorsque la ville est libre des croisiéristes venus pour la journée [vue 360°].
On se perd alors dans le labyrinthe des ruelles remplies de bougainvillées et de jasmin pour découvrir des demeures somptueuses, héritage des armateurs et marchands du 18ieme siècle qui rappellent le riche passé de l’ile. Certaines de ces maisons transformée en fondation ou en musées abritent des collections d’arts.

Parmi les plus notables, celle de l’armateur Lazaros Kountouriotis, qui joua un rôle important pendant la révolution en mettant à disposition sa flotte, est un vaste bâtiment fortifié à la façade ocre orangé qui se visite. C’est un superbe example de demeure du 18ième qui surprend par son raffinement intérieur: le dallage en damier de sa cour, ses plafonds en bois savamment sculptés, ses meubles anciens et sa collection de portraits. C’est aujourd’hui une branche du Musée National d’Histoire de la Grèce qui accueille périodiquement des expositions artistiques.
En haut du village et offrant une magnifique vue sur la baie, le Paleo Gymnasio (l’ancienne école) accueille l’Hydra School Projects (HSP), qui présentent chaque année les travaux d’étudiant des Beaux-Arts sélectionné par Dimitrios Antonitsis. En bordure de la baie, le collectionneur grec Dakis Ioannou a lui choisi les anciens abattoirs de l’île pour y installer la galerie de sa fondation DESTE qui abrite chaque été des  expositions originales, des évènements et happenings de portée internationale.

Les sentiers de randonnées et les plages d’Hydra

Hydra n’est pas réputé pour ses plages et ne vous attendez pas à de longues plages de sables comme dans les iles ioniennes ou de la mer Egée. Pour dire vrai, il n’y a (de mon point de vue) pas de plages dignes de ce nom à Hydra. Les meilleurs endroits pour se baigner son souvent de petits bout de roche équipée avec une échelle de piscine qui permet de plonger dans des eaux transparentes. Ceci étant dit, quelques plages de galets sont équipés pour la bronzette et la baignade.
Outre la plage de Limnioniza sur la cote sud, les plages qui valent le coup les plus proches du village sont Avlaki à seulement 10 minutes à l’ouest vers Kamini, la plage de Kastello puis la plage de Vlichos un peu plus organisé avec deux tavernes et des chaises longues. Tout à l’ouest se trouvent peut être les deux meilleurs plages d’Hydra: Bisti est une petite crique bien organisée avec des sport nautique et la possibilité de plonger. Enfin au sud de Bisti, la plage d’Agios Nikolaos, difficile d’accès à pied est une longue plage de petits galet et (c’est à noter) un peu de sable. On accède à ces plages généralement en bateau taxi à l’aller et/ou au retour aussi comptez un petit budget transports sur l’île.
Le meilleur moyen de découvrir Hydra et d’échapper au flots de touristes venus pour la journée est de partir à pieds par les 11 chemins de randonnées (80km) qui sillonnent l’ile. Sortis du sentier côtier le terrain est rocheux et offre peu d’ombre aussi équipez vous un peu, surtout l’été et partez tôt si vous décidez de vous lancer dans l’ascension du mont Eros. Vous atteindrez le monastère de  Profitis Ilias et le couvent d’Agia Efpraxia après 1h30 de la ville et un escalier qui semble interminable [vue 360°]. Il faut continuer encore 30minutes jusqu’au sommet du mont Eros (590m), point culminant des iles Saroniques [vue 360°]. Le chemin vers l’est pour le monastère d’Agios Nikolaos offre de spectaculaires vue sur la mer. Vous pourrez revenir en passant par le petit port de Mandraki, sa jolie taverne et sa plage avant de prendre un bateau taxi. Toujours vers l’est, le sentier jusqu’au cape Zurva et son phare qui marque l’extrémité orientale d’Hydra (4h de marche) est également interessant. Il permet de découvrir plusieurs petites chapelles. Au retour, vous pourrez prendre un bateau taxi dans la baie sous le petit monastère de Moní Zourvas.

Le top des choses à faire sur Hydra

  • Prendre le temps de flaner le matin ou le soir pour s’imprégner de l’ambiance unique de l’ile.
  •  S’attabler à l’une des tavernes du port ou de Kamini pour déguster un poisson frais ou des calamars juste péchés qui sont parfois accompagné de krítamo, la criste marine ou Perce-Pierre en français.
  • Mettre une bonne paire de chaussure et s’assurer que l’on a assez d’eau pour partir découvrir l’ile sur ses sentiers de randonnée.
  • Profiter de vie nocturne d’Hydra pour aller à la rencontre d’une jeunesse cosmopolite et athénienne qui s’amuse tout autour du port.
  • Oublier les ballades à dos d’âne le long du port pour découvrir l’ile à cheval chez Harriet qui propose toute une série de parcours à la découverte des monastères ou le long de la côte (comptez entre 20 et 140€).

Comment aller à Hydra

Pas d’aéroport à Hydra mais l’ile est facilement et rapidement accessible depuis le port du Pirée à Athènes en hydrofoils (1h10) ou en ferry (3h30) avec des traversées quasiment toutes les heures en saisons.
Une autre option, si vous êtes êtes en voiture dans le Péloponnèse est de prendre la petite ligne Hydralines depuis Metochi (20 min) ou Ermioni (20 min).
Hydra est également accessible depuis Spetses (30min) et les ports de Poros (30min).
Les durées indiquées sont les plus courtes sur chaque trajet. Par ailleurs, certaines lignes peuvent ne pas être assurées hors saison.

D’une île à l'autre.
Vous pourriez poursuivre votre voyage sur l'une de ces îles

Restons en contact

Inscrivez vous pour recevoir une fois par mois maximum, un petit email avec nos dernières découvertes et nos bons plans sur la Grèce.

Merci pour votre inscription

Petit problème. Réessayez.