Accueil > Les Cyclades > Milos

Milos la multicouleurs, une île volcanique aux paysages spectaculaires

Milos est l’une des îles les plus spectaculaire des Cyclades. Une île volcanique avec des sources chaudes et d’extraordinaires formations rocheuses qui découpent sa côte. L’extraction de l’obsidienne depuis les Minoens a contribué à l’économie florissante de l’île de tout temps et encore aujourd’hui l’exploitation minière (perlite, kaolin, bentonite…) contribue pour une part importante de l’économie de l’île. Cela a marqué son paysage mais cette relative prospérité l’a protégé également contre la course au tourisme dans laquelle d’autres îles se sont lancées.

Le meilleur de Milos

Mines à ciel ouvert, carrières, nuages de poussière, certains trouvent Milos trop industrieuse et pas pas assez « cycladique » mais avec ses quelque 74 plages, ses vues sensationnelles et ses petites villages de pécheurs colorés, Milos est une île époustouflante. Une île avec une longue et riche histoire dont les vestiges archéologiques n’ont d’équivalent (dans les Cyclades) que ceux de Delos ou Santorín.
La majeure partie des infrastructures touristiques de l’ile sont concentrées autour du port d’Adamas et tout au long de la côte nord jusqu’au port de Pollonia. La côte sud aligne quand à elle une série presque ininterrompue de plages de sable aux couleurs dorées, ocres
La partie ouest de l’île enfin est une réserve naturelle Natura 2000, couverte de collines dont la plus haute, le mont Profitis Ilias, culmine à 774 mètres.

Le port d’Adamas et la chora de Plaka

Installé dans une baie considérée comme l’un des plus grands ports naturels de Méditerranée (la partie éffondré d’un volcan), Adamas, le principal port de Milos était un petit hameau jusqu’à l’arrivée vers 1844 des réfugiés Crètois (de la région de Sfakia) d’une rébellion ratée contre les turques. C’est aujourd’hui un gros village sans charme et sans beaucoup d’intérêt sinon ses bars, ses commerces et deux musées qui méritent la visite. Le Musée de l’histoire minière qui présente une large collection d’équipements miniers, d’échantillons de minéraux et de cartes géologiques et qui permet  de mieux comprendre l’économie de l’île et son développement. Le Musée ecclésiastique installé juste derrière le port dans l’église d’Agia Triada (la seconde plus vieille église orthodoxe de Milos) qui présente une grande partie de l’héritage artistique et religieux de l’île: des objets liturgiques et surtout d’anciennes et rares icônes byzantines crétoises.
A 4 km au-dessus du port d’Adamas, Plaka la capitale de l’île, est un très agréable et pittoresque village cycladique: un mélange d’églises et de maisons cubiques chaulées sillonné de petites ruelles pavées et fleuries [vue 360°]. Rapide à visiter, le petit musée archéologique installé dans une belle villa néoclassique sur la place centrale de Plaka s’ouvre sur une copie de la Vénus de Milo découverte sur l’île en 1820 (et désormais au Louvre). Le musée présente notament des éléments en obsidienne datant du néolithique mais aussi des découvertes faîtes sur le site du site de l’ancienne Filakopi dont la Dame de Filakopi (1.400 avant JC).
Mais Plaka est surtout un village dans lequel il faut prendre le temps de flâner. Prenez les marches en pierres qui montent
 au vestige du kastro vénitien (13ieme siècle) et la petite église Kimissi tis Théotokou qui offre un magnifique panorama sur l’ile [vue 360°] et de grandioses couchers de soleil.
Prolongeant Plaka en direction de la mer, le petit village de Trypiti lui tire son nom des catacombes à proximité. Ces catacombes des premiers chrétiens (1er siècle) sont les plus importantes de Grèce (parmi les plus importantes au monde) et méritent la visite. Plusieurs milliers de corps sont enterrés dans trois couloirs bordés de tombes avec des galeries latérales, s’étendant sur 200 m dans la pierre volcanique.
Un chemin remonte des catacombes jusque l’ancienne cité de Melos dont le vestige le mieux conservé est un magnifique ancien théâtre romain ouvert sur la baie de Milos.
Au pied de la falaise et accessible par une route depuis de Trypiti ou en descendant des catacombes, Klima [vue 360°], port de l’ancienne cité et surement le plus photogénique des hameaux de pêche de l’île avec ses typiques sirmata, les hangars à bateaux, et ses maisons colorés.

La côte nord de Milos en allant vers le village de Pollonia

Si la plupart des grandes plages se trouvent sur la côte sud, la côte nord de Milos présente quelques beaux endroits qu’il faut visiter. Idéallement choisissez un jour sans vent alors que cette partie de l’ile est la plus exposée au Meltemi. C’est tout d’abord deux petits ports typique de Milos: Firopotamos [vue 360°] avec ses maisons de pécheurs sur la plage et ses eaux translucides; Mandrakia [vue 360°] ensuite, magnifique, avec ses sirmata creusés à même la roche.
En continuant on rejoint Sarakiniko, avec son étrange paysage lunaire de pierre ponce blanches étincelantes formé il y a deux ou trois millions d’années et qui s’ouvre sur une petite minuscule plage de sable [vue 360°]. L’endroit est extraordinaire et attire beaucoup de monde aussi en saison, essayez de venir le matin tôt pour profiter de l’endroit.
En continuant vers l’est, Mytakas une autres belle plage, entourée de quelques maisons de pécheurs. Au large les îlots de Glaronissia spectaculaires formations volcaniques en tuyaux d’orgues basaltiques accessibles uniquement en bateau.
En continuant encore vers l’est, vous rejoignez une autre des merveilles côtières de Milos, Papafranga, un petit ravin dans lequel la mer coule sous une arche rocheuse. La minuscule plage intérieure accessible (un peu dangereux) par des marches taillées dans la roche [vue 360°] est l’une des attractions naturelles les plus célèbres de l’île.
La route passe ensuite par les vestiges de l’ancienne cité de Filakopi qui prospéra pendant la civilisation cycladique comme comptoir pour le commerce (notament de l’obsidienne). C’est l’un des plus importants sites archéologiques de l’époque cycladique dont les découvertes sont exposées au musée archéologique de Plaka.
La route se termine à Apollonia (12km d’Adamas), un village de pêcheurs pittoresque et une station balnéaire familiale construite dans une magnifique baie avec une longue plage incurvée bordée de tamaris en face de l’île de Kimolos dont il est séparé par un étroit bras de mer [vue 360°]. Les bacs font la traversée plusieurs fois par jour.
Les amateurs de windsurf ou de kyte trouveront les meilleurs spots dans la large baie d’Adamantas: la plage d’Achivadolimni la meilleure plage de la baie qui jouxte le camping de Milos ou celle de Papikinou toute proche du port.

La côte sud de Milos

Protégé du Meltemi, la côte sud de Milos est une succession de plages (voir la carte) plus ou moins accessibles. C’est aussi la région ou la nature volcanique de l’ile est la plus visible avec plusieurs sources d’eau chaude dans les terres ou même en bord de plage.
En descendant de Plaka, la route mène jusque Zefiria, qui fut la première capitale médiévale de Milos avant qu’un tremblement de terre ne la détruise au 18ème siècle. Abandonné pour être repeuplé plus tard, la principale attraction du village est l’église de Panagia Portiani, l’ancienne église métropolitaine de l’île (18ième) magnifiquement peinte et dont les icônes sont exposées au musée ecclésiastique d’Adamas.
La route continue jusque Paleohori, une très belle plage [vue 360°] et probablement la plus organisée de Milos avec bars et tavernes, activités nautiques et ses chaises longues alignées. Une plage volcanique bordée de falaises extraordinairement colorées et réchauffée par les courants d’eau chaudes qui apparaissent en bord de plage (notament sur lapartie droite de la plage). Jouxtant Paleohori, la plage d’Agia Kyriaki [vue 360°] est une large et belle plage de sable connue pour la couleur de la mer due aux galets blanc qui tapissent le bord de mer. Pus difficile d’accès la petite plage de Tsigrado [vue 360°] est cachée au pied d’une falaise qu’il faut descendre par des échelles en bois. Un peu périlleux mais vous serez récompensé par une petite baie magique qui donne accès à d’autres petites criques et grottes en nageant. Fyriplaka [vue 360°] ensuite est peut être la plus longue plage de l’ile. Une plage organisé et bruyante autour des beach bars, mais plus calme et en partie nudiste quand on s’éloigne. Provatas enfin (ou golden beach) une large plage familiale et (très) organisée au sable doré et aux eaux émeraudes peu profondes, idéale pour les enfants.

La région ouest de Milos

La moitié оuest du fеr à chevаl que forme l’ile est une zone protégée Nаtura 2000. C’est une région sans village à l’exception du pеtit port de pêche d’Embоuriο et sa petite plage agréable. On circule essentiellement des routes de terres qui est préférable d’emprunter en voiture qu’en scooter.
La plage de Gerontas sauvage, paisible et préservée avec son arche naturelle qui prolonge la falaise et plonge dans le mer. Tout à l’ouest, la côte cache plusieurs petites plages encore préservées dont Triades [vue 360°] et Ammoudaraki [vue 360°].
Dans le coin sud-ouest de l’ile enfin les caves de Kleftiko [vue 360°] est l’un des sites symboliques de Milos qu’il faut voir. La légende raconte que ce fût la cachette de pirates qui auraient caché leurs trésors volés dans ces étonnantes formations rocheuses, grottes et tunnels semi-submergés. S’il est toujours possible de rejoindre l’endroit à pied, le chemin est très difficile (c’est par ailleurs dans cette zone que se trouve la réserve des vipères de Milo) et il est préférable d’y accéder en bateau et profiter d’une bonne baignade dans les eaux cristallines.

Le top des choses à faire à Milos

  • Profitez de la terrasse panoramique et la vue incroyable sur la mer du Café Utopia situé au centre de Plaka pour un cockail le soir (ou le petit déjeuner le matin).
  • Grimper au sommet du Kastro de Plaka le soir por y admirer le coucher de soleil. So romantique
  • Le tour de Milos en bateau s’impose afin d’admirer ce qui est invisible depuis l’intérieur de l’île et notament le site magique de Kleftiko, la grotte de Sikia mais aussi d’accéder à des plages inaccessibles par la route. Souvenirs mémorables garantis (compter entre 35€ et 80€/personne la journée).
  • Découvrez les adorables villages de pêcheurs aux couleurs vives avec leur de maisonnettes adossées à la falaise de Klima ou Firopotamos et de Mandrakia.
  • Lézarder sur l’une des 74 plages sublimes de l’ile. Nos préférées: Firaplaka, Firopotamos, Sarakiniko, Tsigrado, Papafrangas, Paléohori.
  • Profitez également de votre passage à Milos pour gouter les glyko koufeto, des graines de courges ou de citrouille avec du miel et des amandes généralement offert aux mariages ou fiançailles. Sucrés toujours, goutez le karpouzopita, un gateau à la pastèque et les pitarakia, de petits fourrées au fromage sec ou à la myzithra avec de la menthe. Milos est également réputée pour ses fruits et notament ses délicieuses tomates dont vous pourrez ramener un pot de purée.
Quelques chiffres

Superficie: 151 km²  (125 km de littoral)
Longueur: 12km, largeur: 23km
Point culminant: Profitis Elias (774 m)
Environ 4 977 habitants (2011)
Un port: Adamas (ADA)
Un aéroport: Milos (MLO)

Les principales fêtes
  • Premier we de juillet – Le Milos festival jusque fin Aout
  • 17 juillet – Agia Marina à Adamantas
  • 19 juillet dans l’église de Profiti Hlias ainsi qu’à Ralaki et à Komia
  • 21 juillet – Agia Markela à Kipos
  • 26 juillet Agios Panteleimonas à Plaka et Korfo
  • 27 juillet in Agios Panteleimonas, in Emporiou
  • 25 juillet – Agia Paraskevi à Apollonia
  • 14août – Assomption de la Vierge Marie à Zefiria
  • 15 août – Agios Charalambos à Adamantas
  • 17 août –  Agios Floros à Komia
  • 22 août – Panagia Faneromeni à Trypiti
  • 22 août – Panagia Giatrissa à Komia
  •  22 août – Panagia à Kipos
  • 26 août – Agios Fanourios à Pollonia
  • 28août – Aghios Ioannis à Agrilies et Provatas
  • 29 August – Aghios Alexandros à Katsouli
  • 31 août – Feux d’Aout, les Kyriafgoustou à Tripiti
  • 6 septembre – Panagia Eleousa à Psathadika
  • 8 septembre – Panagia Korfiatissa à Plaka
  • 17 septembre – Agia Sofia à Ralaki
  • 16 September three day celebration in Aghios Ioannis, in Halakas

Les transports pour Milos

Milos dispose d’un petit aéroport desservi depuis Athènes (via Olympic; quotidien en saison, 40 min). Situé dans le sud de l’ile à 8km de Plaka, une ligne de bus permet de rejoindre le port d’Adamas en saison.

Milos est sinon facilement accessible en ferry depuis Athènes via le port du Pirée (2h55 – 7h05) avec plusieurs liaisons quotidiennes.
En bateau, vous pouvez également rejoindre Paros depuis la plupart des îles des Cyclades: Sifnos (35min), Folegandros (55min), Serifos (1h), Ios (1h25), Santorin (1h50), Amorgos (3h20), Kythnos (3h20), Sikinos (3h35), Naxos (3h35), Koufounissia (3h55) Mykonos (4h30), Paros (5h20), Syros (5h45), Anafi (5h50), Kea (13h40).
Plus long, Milos est accessible depuis Kasos (11h), Karpathos (12h45), Rhodes (19h) et Chalki (16h45) dans le Dodécanèse.
Enfin depuis la Crète, Milos est accessible depuis Heraklion (4h) et Sitia (14h15).
Les durées indiquées sont les plus courtes sur chaque trajet. Par ailleurs, certaines lignes peuvent ne pas être assurées hors saison.

D’une île à l'autre.
Vous pourriez poursuivre votre voyage sur l'une de ces îles

Restons en contact

Inscrivez vous pour recevoir une fois par mois maximum, un petit email avec nos dernières découvertes et nos bons plans sur la Grèce.

Merci pour votre inscription

Petit problème. Réessayez.